Du grand d’importe quoi en Picardie

31 mai 2017 - 08:32

Du grand d’importe quoi en Picardie

Les dernières décisions prises par la FFF ou l’antenne régionale picarde de la Ligue des Hauts-de-France vont à l’encontre de l’éthique sportive.

 

Par PHILIPPE GRAND | Publié le 29/05/2017

  Il y a une semaine, Blairet (en bleu) et ses coéquipiers de Montdidier étaient relégués en District. Mais une décision fédérale - faire jouer le match contre Guignicourt qui lui avait été donné perdu - les a remis dans la course au maintien. Vainqueur à Chevrières-Grandfresnoy dimanche (3-1), les Samariens seront maintenus en cas de nul dimanche contre le club guignicourtois, qui a lui aussi besoin de deux points pour monter... (Photo D.C.)Il y a une semaine, Blairet (en bleu) et ses coéquipiers de Montdidier étaient relégués en District. Mais une décision fédérale - faire jouer le match contre Guignicourt qui lui avait été donné perdu - les a remis dans la course au maintien. Vainqueur à Chevrières-Grandfresnoy dimanche (3-1), les Samariens seront maintenus en cas de nul dimanche contre le club guignicourtois, qui a lui aussi besoin de deux points pour monter... (Photo D.C.)  

Pauvre Michel Gendre ! Le dernier président de la feu Ligue de Picardie, devenu vice-président délégué de la Ligue des Hauts-de-France, n’a jamais subi autant de critiques. Il est vrai que la FFF vient de le mettre dans une situation inextricable, tout comme « sa » commission de discipline, émanation de « son » ancienne Ligue.

La FFF lui impose en effet de faire jouer le match Montdidier - Guignecourt en Promotion d’honneur (groupe B), tandis que sa commission a faussé l’issue du groupe A d’Interdistricts en faisant rejouer la rencontre Chaumont - Portugais d’Amiens, interrompue le 30 avril dernier à trois minutes du terme. À cet instant Chaumont menait 3-1. «  Il y a eu alors des bousculades, mais rien de très violent. Le public n’est pas entré sur le terrain, l’incident s’est produit entre des joueurs et l’arbitre, assez jeune, a manifestement eu peur, témoigne un observateur neutre.En tout cas le match était plié. »

Garin (Chaumont), Habout et De Sousa (Amiens) avaient été expulsés dans la foulée.

C’est alors qu’à la surprise générale, la commission régionale de discipline, a reprogrammé le match au jeudi 25 mai  ! Sauf que ce jour-là, plus rien n’était pareil, puisque Chaumont avait validé entre deux son accession.

Petite cause, grand effet, les Amiénois (premiers surpris de ce tour de passe-passe dont ils sortent pourtant grands vainqueurs  ; voir ci-contre) se sont imposés et, par ricochet, fait perdre, au final, la seconde accession du groupe à Moy-de-l’Aisne. Malgré, dimanche, la large victoire de Moy (8-2) sur... Chaumont, démobilisé ! Un match auquel Gendre a courageusement assisté. Vilipendé par les Axonais, «    j’en ai pris plein la tronche (sic), témoigne-t-il. Je m’en doutais, mais je ne voulais pas me déballonner. Cela dit, je ne retournerai jamais à Moy.  »

Nul n’est prophète en son pays puisque Michel Gendre est de l’Aisne. Où son argument de défense ne passe pas : «  Ce n’est pas moi qui ai pris cette décision. Car je ne peux pas et ne veux pas m’immiscer dans les choix de la commission de discipline. Après, si j’avais dû moi-même prendre la décision, j’aurais donné match perdu aux deux équipes et on n’en serait pas là aujourd’hui  ».

Bref, responsable, mais pas coupable, Michel Gendre est dans les cordes, à cause, aussi, de la Fédération française au sujet du match Montdidier - Guignicourt  : «  Cet hiver la rencontre n’a pas pu se dérouler parce que c’était impraticable à Montdidier. Et à défaut de terrain de repli, Montdidier a refusé de se déplacer à Guignicourt. Nous avons alors pris la décision de donner la victoire à Guignicourt. Ce qui a été confirmé en appel. Sauf que Montdidier a porté l’affaire à la FFF qui nous a déjugés. Dès lors, il fallait attendre la notification fédérale pour fixer la date de la rencontre. Je suis allé trois fois à la FFF la réclamer. Sans réussite. Finalement on l’a reçue le 23 mai. Ce qui ne nous laissait aucune autre possibilité que de reprogrammer ce match après la dernière journée du championnat. J’ai compris depuis qu’il y avait eu à ce propos un laisser-aller à la Fédération...  » Voire de la mauvaise volonté de l’instance nationale, sachant que Gendre n’a pas voté Le Graët lors de la dernière assemblée ?

Quoi qu’il en soit, le championnat est faussé puisque, ironie du sort, si Montdidier - Guignicourt était sanctionné, ce dimanche, d’un nul, les deux équipes atteindraient leur but : le maintien en PH pour Montdidier, l’accession en DH pour Guignicourt... Ce qui assomme leurs adversaires directs, stupéfaits qu’un tel micmac échappe totalement aux responsables du football picard.PHILIPPE GRAND

REACTIONS

 

Laurent Briest (président de Chevrières-Grandfresnoy)

« On doit en parler en comité directeur et voir ce que l’on peut faire, car c’est anormal. On n’a jamais vu un match décisif se dérouler après la dernière journée d’un championnat. Il aurait plutôt fallu décaler cette journée pour respecter l’éthique. Donc, on ne va pas se laisser faire d’autant que l’on n’a eu aucune information sur le sujet. »

Belkacem Guernou (entraîneur de Doullens)

« C'est inadmissible ! C'est bien la preuve que la fédération se moque complètement des clubs. Joueurs, bénévoles, éducateurs, dirigeants : nous sommes tous en colère à Doullens. À Etouy dimanche (défaite 3-0), les joueurs étaient très préoccupés alors qu'ils pensaient aborder le match sereinement en début de semaine. On a pris un gros coup sur la tête. C'est la porte ouverte à toutes les tricheries ! Après ça tout le monde pourra repousser un match quand il le souhaite. Ça me dégoûte au point de vouloir arrêter le football ! »

Florent Mahu (entraîneur de Moy de l'Aisne)

« C’est nous qui devions monter, pas les Amiénois. La commission, à travers son jugement, a relancé les données en tête, et nous sommes lésés. Ses membres ont brisé notre rêve. Comment ne pas être en colère après eux ? On sait pourquoi on est une petite ligue en Picardie, c’est à cause de ses dirigeants. L'histoire de ce match à rejouer entre Chaumont et les Portugais d'Amiens alors que les Amiénois sont menés 3-1 à trois minutes de le fin et qu’ils ne sont plus que 9 après des expulsions, est une aberration. Ensuite, la reprogrammation du match relève d'une mauvaise gestion du planning.»

Abilio De Sousa (président des Portugais d’Amiens)

« Nous avons été très surpris de la décision car l’an passé nous avions connu un incident similaire à domicile et nous avions perdu sur tapis vert. En tout cas, léquipe a très bien géré cette situation plutôt déroutante. Et pour ce match à rejouer à Chaumont, nous avions loué un bus pour venir en nombre. C’était énorme ! ».

Commentaires

CONVOCATIONS CRITERIUM

 

 

 

COORDONNÉES DU CLUB

US Prémontré Saint-Gobain

2 Place Saint Norbert

02320 Premontre

 

E-Mail : uspsg@hotmail.fr

 

Président

Dominguez Thomas : 03 23 80 51 81

 

Responsables des Equipes Seniors

Martin Johan (Coach A) : 06 85 60 56 27

Eric Muller (Coach A) : 06 85 68 97 14

et Sébastien Ferreira (Coach B) 06 42 74 42 71

 

Responsable Ecole de foot Saison 2017-2018

Baptiste Pourrier: 06 17 26 76 88