Les confidences en Picardie

12 avril 2017 - 09:29

Les confidences en Picardie Par NICOLAS SANSON avec MICHEL BERDAL et MARC-ANTOINE GOULLIEUX (CLP) | Publié le 10/04/2017   L’effectif d’Itancourt se réduit avec la liste des suspendus qui s’allonge. Thomas Topornicki et Benoît De Freitas l’étaient déjà. Et samedi, le milieu de terrain Steevy Clary (n°6) a vu rouge, juste avant la mi-temps. Suite à un tacle appuyé de Domingues, il a mal réagi et donné une gifle au Ternois. Et dans le tunnel, Steevy Clary s’est adressé à la présidente de Tergnier, Sylvie Frisulli, en des propos peu amènes. « Je lui ai dit de se calmer. Et il m’a répondu : ‘’Ferme ta gueule ! Je t’emmerde », a informé Sylvie Frisulli  

« Comment ça va le ‘‘Gladiateur’’ ? »

Des joueurs de l’OSQ (CFA2), à commencer par Philipo Kleisch, l’ancien Ternois, sont venus voir le derby de DH entre Tergnier et Itancourt, samedi à Vouël. Philipo Kleisch en a serré des mains, dont celle de son ancien coéquipier, Guillaume Gladieux. « Comment ça va ‘‘le Gladiateur ?’’  », a lancé le joueur de l’OSQ au Ternois, au moment de la poignée de mains entre les deux hommes.

«  Gladiateur, car c’est un homme à tout faire  », précise Philipo Kleisch. Le défenseur ternois, Oumar Ndiaye, a aussi un surnom, « Vieux ». «  Car il joue comme un vieux, malgré son âge. Avec sérénité et confiance  », explique Philipo Kleisch.

Traitement spécial pour Yan Ndelo

L’attaquant d’Itancourt a retrouvé son ancien club et ses anciens coéquipiers, samedi à Tergnier (DH), qui ne lui ont pas fait de cadeaux sur le terrain. «  J’ai reçu un traitement difficile. J’ai pris des coups, j’en ai mis aussi. Ce sont des copains avant le match. Mais pendant la rencontre, on est des compétiteurs. On peut se prendre la tête et se mettre des coups pendant le match. Mais après, on se serre la main  », déclare Yan Ndelo. Celui-ci s’est préparé spécialement pour ce derby : «  Je me savais attendu ici. J’ai donc travaillé plus et fait davantage de footings.  »

« Il te faut cinq jours pour siffler »

Alors que le derby de DH entre Tergnier et Itancourt commençait à se muscler et que l’arbitre central se montrait hésitant, Thierry Gabriel, le coach ternois, est sorti un peu de ses gonds. Suite à une action litigieuse, il a ainsi crié à M. Capron : «  Il te faut cinq jours pour siffler. Le foot n’est pas un sport de gonzesses.  »

Quand « Ben Arfa » provoque

À Itancourt, il y a deux ans, le club n’avait pas souhaité le garder. L’an passé à Harly, Thierry Paulet l’avait aussi écarté pour sa mentalité. Arrivé cette saison à Tergnier, Maxime Beaumont est toujours aussi provocateur. 

Samedi, celui dont le surnom est « Ben Arfa », a tenu des propos incorrects et irrespectueux envers le défenseur itancourtois Jean-Noël Ducatteau, provoquant un peu d’énervement à la sortie du terrain.

David Lescarmontier regarde son futur gendre

Vainqueur de son premier marathon, le 2 avril à Chantilly, David Lescarmontier (47 ans, UA Chauny) est venu assister à la rencontre de football (DH) entre Tergnier et Itancourt, samedi. Il avait une bonne raison. «  J’ai mon futur gendre, Benjamin Boitieux, le nº10 d’Itancourt, qui joue, informe David Lescarmontier. Il est rigoureux dans ses entraînements. Il court avec ma fille (Camille, 20 ans). » 

David Lescarmontier attendait que Benjamin Boitieux marque contre Tergnier. Mais les deux équipes se sont quittées sur un score nul et vierge (0-0). Par ailleurs, la fille aînée (Élise, 22 ans) de David Lescarmontier va se marier, le 6 mai.

Christophe Cariat spectateur

En vacances dans l’Aisne et de passage chez Raymond Robbe, l’ancien défenseur de l’OSQ et Vervins, dans les années 2000, Christophe Cariat, a accompagné son ami à Tergnier pour suivre le derby. L’enfant de Beaucaire dans le Sud de la France a revu beaucoup de connaissances. Lui-même coach depuis plusieurs saisons dans le midi, il a annoncé avoir stoppé récemment ses fonctions, suite à un ras-le-bol, et avoué combien les mentalités ont changé.

Quentin Sius sur le départ

Mécontent de ne plus garder les buts de l’équipe fanion de Tergnier (DH), le vétéran Mickaël Clairant (44 ans) occupe actuellement la place, le jeune gardien Quentin Sius (18 ans) est sur le départ. Selon son père Philippe Sius, entraîneur des gardiens de Ercheu-Nesle, l’avenir de son fils n’est plus sous le maillot ternois.

«  S’il n’avait pas passé son bac cette année, il se serait déjà engagé avec Bourg Péronnas. Orléans a toujours un œil sur lui, ainsi que des clubs à l’étranger. À Pâques, nous allons justement dans un pays frontalier pour qu’il fasse un essai. Je ne préfère pas dire l’endroit pour le moment  », a déclaré le papa, venu en spectateur pour le match entre Tergnier et Itancourt.

Les U11 d’Itancourt au domaine de Luchin

David D’Ascenzo, l’adjoint de Raymond Robbe à Itancourt, n’était pas sur le banc en première période, samedi pour le derby de DH contre Tergnier. Il n’est arrivé qu’à la mi-temps, après avoir dirigé les U11 itancourtois qui ont participé à un tournoi à Saint-Quentin, qualificatif pour le Challenge Michel Vandamme qui se déroulera, le 18 juin prochain au domaine de Luchin, là où s’entraînent les joueurs du LOSC (Ligue 1). 

Battu en demi-finales par Lesquin (1-1, 10-9 tab), Itancourt a terminé première équipe de l’Aisne et verra le domaine de Luchin. C’est la seule formation du département à s’être qualifiée. De quoi ravir les jeunes joueurs d’Itancourt qui ont aussi gagné le droit d’aller voir un match de Ligue 1 au Stade Pierre-Mauroy entre Lille et Metz (le 6 mai).

Dur, dur de faire une équipe

Vu la situation à Guise (PID), ce n’était pas simple de trouver douze joueurs pour le déplacement à Gamaches, dimanche. Alexandre Sauvage (joueur et membre du comité directeur) a actionné son téléphone pour convaincre des garçons, sachant que certains (par exemple Minouni) n’y sont pas allés. À l’heure du rendez-vous de départ, ils étaient seulement huit.

« Toujours est-il que l’on a été cueilli à froid, car on n’a pas pu se préparer suffisamment. »

«  La voiture, qui est partie directement avec quatre joueurs, est arrivée en retard, près d’une demi-heure. Gamaches a été sportif de nous attendre plus que le quart d’heure autorisé par le règlement. Toujours est-il que l’on a été cueilli à froid, car on n’a pas pu se préparer suffisamment. Sans coach, le président est allé leur parler à la mi-temps. Mais le mal était fait. Ce fut catastrophique comme scénario  », rapporte le prête-nom qui se contente de s’asseoir sur le banc à titre bénévole, Gérard Bougriou. Il y a du beau monde qui est resté à Guise, la réserve s’est imposée en inscrivant dix buts.

Perte de connaissance

Alors que le match de Bohain (PID), gagné 2-0 à La Montoye Amiens, s’est passé dans un bon esprit sportif, deux faits de jeu ont fait peur aux Axonais. Sur le premier but de Pierre Bisseck, lequel reprenait du service en PID, suite à une longue absence, l’attaquant, percuté dans sa course par le gardien local, ne pouvait pas savourer sa joie. 

Dans le choc, il perdait même connaissance quelques minutes. « Après le match, il ne se souvenait plus de rien. On a eu peur  », avoue le président bohainois José Pereira. Celui-ci était aussi inquiet sur l’état de santé de son capitaine, Jessy Macquart, parti aux urgences pour une forte coupure à la langue, survenue pendant la rencontre.

Alain Puchaux a tout fait

Le technicien d’Harly/Quentin (PID) ne s’est pas contenté de gérer son équipe et de donner des consignes, ce week-end à Gauchy. Alain Puchaux, qui a beaucoup d’expérience, a aussi « coaché » son banc de touche, remplaçants et dirigeants, lorsque ces derniers ont voulu répondre aux attaques verbales de celui de Gauchy. «  On ne parle pas  », leur a ordonné Alain Puchaux. Et tout le monde a obéi à ses ordres.

La jeunesse au pouvoir

Les deux équipes seniors de l’OSQ jouant dimanche, le coach de la réserve olympienne (PH), Guillaume Richard, avait fait confiance à la jeune génération pour conserver la dynamique positive. Six joueurs, nés en 1999, étaient ainsi sur la feuille de match. Ils ont su parfaitement répondre aux attentes, en l’emportant (3-1) face à l’Inter Soissons. 

Parmi ces joueurs, le fils de Thierry Dobrzynski, Elias, dont le papa, joueur émérite de l’OSQ, était d’ailleurs présent dans les tribunes.

Duel fratricide

À la 23e minute de la rencontre entre l’Olympique Saint-Quentin et l’Inter Soissons (PH), le duel à la course entre Alfousseyni et Djibrilou Jallow fut âpre. Au duel à l’épaule, le long de la ligne de touche pendant une quarantaine de mètres, c’est finalement Djibrilou qui a pris le dessus sur son frère et l’a obligé à faire faute. 

Avec les absences et la suspension de Denimal en défense centrale, Djibrilou évoluait à une inhabituelle place de défenseur central qui l’a fait se retrouver régulièrement contre son frère pendant la rencontre.

Intérim gagnant pour Nicolas Hurlupé

L’entraîneur adjoint de Cédric Tisseron (Guignicourt) a magnifiquement suppléé le coach en chef. Absent, Cédric Tisseron avait laissé le soin à Nicolas Hurlupé de se déplacer à Nogent-sur-Oise (PH). La confiance accordée a été superbement rendue, puisque Guignicourt n’a fait qu’une bouchée (1-5) de son adversaire et continue de grappiller des points sur Chevrières/Grandfresnoy, deuxième du classement.

Karl Soukounan remet les gants

Comme lors du match de l’équipe réserve à Prémontré Saint-Gobain en début de saison, l’habituel attaquant a remis les gants, dimanche, lors de l’opposition face à Roye-Noyon B (PH). Le gardien de Château Étampes, Inthasane, exclu dès la 17e minute, Hervé Papavero n’a pas eu d’autre choix que de faire rentrer Karl Soukounan dans les cages. Le gardien par intérim n’a pas pu empêcher la défaite des siens (1-2).

Michel Lefèvre démissionne

Outre Gilles Dupont à Gauchy, il y a eu du mouvement dans les trois autres clubs axonais du groupe B de PID. Si, à Bohain, Florin Mihaï avait quitté, juste en début d’exercice, l’équipe qu’il avait fait monter en Ligue, remplacé par Michel Clary, Mathieu Preux à Harly/Quentin a aussi dit stop à ses fonctions au retour de la trêve hivernale. Son successeur, Alain Puchaux, libre depuis son éviction de Guise en novembre 2016. Michel Lefèvre, le responsable de la réserve guisarde, avait alors pris sa place pour assurer un intérim qui s’est prolongé avec un prête-nom, Gérard Bougriou.

Mais vendredi dernier, le coach guisard Michel Lefèvre (PID) n’a pas assuré la séance. Il a rendu son tablier pour des raisons qu’il explique : «  J’ai avisé William Landa qui m’a répondu : ‘‘Si tu veux arrêter, tu arrêtes’’. Au départ, j’étais venu encadrer la B. Prendre le onze fanion comportait beaucoup de contraintes. La situation des seniors allait en se dégradant. Entre ceux qui manquent de sérieux, ceux qui ne s’entraînent pas, ceux qui acceptent de répondre à leurs convocations seulement à domicile, c’était devenu impossible à gérer. Des clans s’étaient formés. C’est dommage, car individuellement, ce sont tous des bons mecs. Avec en plus, toutes les rumeurs qui circulaient, le départ déjà annoncé du président en fin de saison, un climat malsain s’est installé et nos résultats s’en sont ressentis. J’ai préféré tourner la page, maintenant.  »

L’ex-coach de Fresnoy et Bohain notamment a l’intention de s’occuper de jeunes à l’avenir. Il s’est rapproché de Seboncourt, où il est déjà passé, près de chez lui. Pour vivre sa passion dans le calme.

 

Commentaires

CONVOCATIONS CRITERIUM

 

 

 

COORDONNÉES DU CLUB

US Prémontré Saint-Gobain

2 Place Saint Norbert

02320 Premontre

 

E-Mail : uspsg@hotmail.fr

 

Président

Dominguez Thomas : 03 23 80 51 81

 

Responsables des Equipes Seniors

Martin Johan (Coach A) : 06 85 60 56 27

Eric Muller (Coach A) : 06 85 68 97 14

et Sébastien Ferreira (Coach B) 06 42 74 42 71

 

Responsable Ecole de foot Saison 2017-2018

Baptiste Pourrier: 06 17 26 76 88